La préparation physique en boxe Thaïe

boxe thaïe

Cette activité privilégie des exercices qui ne sont pas purement techniques. Attention à ne pas confondre avec l’échauffement, qui est la phase précédant inévitablement tout entrainement, y compris la préparation physique elle-même.

Une bonne préparation physique permet d’accomplir au mieux de ses capacités un travail technique et physique intense durant une période prolongée, et requiert un entrainement spécifique.

La mise en condition et les qualités complémentaires

La mise en condition revêt une grande valeur, surtout dans les sports de combat, car elle garantit une exécution correcte et puissante des techniques. Fortifier ses tibias ou préparer certains de ses muscles à subir des coups violents implique des particuliers. Ces exercices s’inscrivent en partie seulement dans le cadre de la préparation physique. La mise en condition comporte en effet des facteurs qui vont au-delà de la simple préparation physique. Un examen, rapide mais précis, de cette dernière ne saurait passer sous silence quelques remarques sur les qualités complémentaires, qui permettent d’appliquer la technique de la façon la plus efficace possible, durant le temps nécessaire. Un athlète technique ne pourra jamais sortir victorieux d’une rencontre s’il ne jouit pas des qualités complémentaires indispensables pour mettre en œuvre pendant toute la durée du combat ce qu’il a appris en théorie… En se retrouvant à bout de souffle après quelques coups, le boxeur non seulement manquera de conviction dans ses assauts, mais sera aussi extrêmement vulnérable en phase défensive, en dépit de tout ce qu’il aura assimilé au gymnase.

Les qualités d’un boxeur Thaï

Les qualités complémentaires interviennent dans tous les sports, de façon diverse bien entendu, et l’athlète idéal devrait pouvoir les posséder toutes au maximum de leur potentiel, même si cette condition relève de l’utopie. Il appartient à l’entraîneur de déterminer les qualités les plus appropriées à la discipline pratiquée. Son rôle consiste par ailleurs à découvrir celles dont son élève est doté, et dans quelle mesure… Et à décider lesquelles doivent être exercées à fond. Il convient néanmoins d’ajouter que certaines sont inhérentes à la morphologie du sportif et peuvent être entrainées, mais pas améliorées radicalement, tandis que d’autres peuvent être considérablement développées. La règle veut qu’un travail de préparation physique sérieux soit séparé dans le temps du travail technique. Les professionnels divisent en effet leur entrainement quotidien en deux parties, en consacrant le matin à la préparation physique, et le soir à la technique, ou vice versa. L’amateur devra faire un bon usage de son temps, en alternant des sessions purement techniques et d’autres réservées à la préparation physique.

Les qualités complémentaires à acquérir

Les sports de combat se caractérisent par un grand nombre de qualités complémentaires, que nous allons nous efforcer d’analyser une par une, en définissant celles requises en priorité par la boxe thaïe et la manière de les cultiver efficacement. Notons qu’une large partie du travail technique de mise en forme (l’emploi du sac de frappe ou des paos, par exemple) constitue une intéressante méthode d’exercice des qualités complémentaires dans des conditions très proches de la véritable compétition. Voyons donc les principales qualités complémentaires qui entrent en jeu dans la préparation du boxeur thaï… Endurance, vitesse, force, puissance, mobilité articulaire, souplesse musculaire…